Menu

Des nouveautés musicales québécoises à mettre dans tes oreilles

Efy Hecks – Tu s’ras pas là/Aujourd’hui

Le groupe montréalais Efy Hecks a sorti un double single nommé : « Tu s’ras pas là/Aujourd’hui ». On retrouve sur ces deux morceaux des orgues et synthétiseurs vintage qui nous font voyager dans l’univers psychédélique du groupe.

Inspiré par le mouvement bedroom pop, Vincent Lemay, fondateur du band, produit lui-même tous les enregistrements dans le confort de sa chambre. Le son d’Efy Hecks est décrit comme étant psyché, rock (doux) et même parfois jazz.

Pour écouter « Tu s’ras pas là » et « Aujourd’hui », c’est ici.

Clarisse Mây — Piano Stories

Clarisse Mây a récemment dévoilé un EP instrumental. Avec ce nouvel opus, elle se laisse animer par sa quête d’affirmation et son désir de renouer avec son féminin profond. « Piano Stories » propose quatre titres contemplatifs qui révèlent la renaissance d’une artiste en pleine introspection.

Inspirée par Alexandra Stréliski, Clarisse Mây a composé des pièces empreintes d’émotion, enregistrées spontanément de chez elle pendant le confinement, de manière libre et instinctive.

Pour écouter « Piano Stories », c’est ici.

Sinister Lover — Life In A Bubble Machine

Sinister Lover est le nouveau projet solo de Xavier Kieffer. Enraciné dans l’esthétique des années 80, mais canalisé à travers des paroles poétiques, l’album Life In A Bubble Machine se dévoile comme étant une collection de contes et légendes extraits de la vie de Xavier Kieffer.

Son souhait de créer une musique inclusive et universelle transparaît dans les onze morceaux pop alternatifs de l’opus, particulièrement sur la piste éponyme Sinister Lover, qui représente bien l’essence du projet.

Pour écouter « Life In A Bubble Gum Machine », c’est ici.

Émile Gruff — Une fin heureuse ?

Après avoir dévoilé la chanson Ahhh en juin dernier, Émile Gruff présente Une fin heureuse ?, un album rock alternatif francophone qui sortira en deux parties.

Dans Une fin heureuse ? (1re partie), Émile Gruff propose un court opus où se côtoient des chansons accrocheuses et quelques pièces instrumentales. Sur les morceaux Petite Furie, Condamnée, et J’t’aime trop pour te dire que j’t’aime, nous pouvons retrouver le côté ludique propre à l’artiste.

Pour écouter Une fin heureuse ? (1re partie), c’est ici.

Étienne Plamondon — Les temps qui courent

Les temps qui courent, c’est le premier single du projet solo d’Étienne Plamondon. Inspiré par l’aura et les guitares des années 90, la chanson reflète le nihilisme et le désenchantement de notre génération actuelle en faisant une réflexion sur notre mode de vie et la croissance à tout prix. 

S’inspirant de formations telles que Les Colocs, Les Beatles et Courtney Barnett, il présente un son pop et indie rock des années 90.

Pour écouter Les temps qui courent, c’est ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2021. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre