Menu

18 septembre 2020: Journée d’action contre la violence sexuelle faite aux femmes

Je suis intervenante au Centre d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (CALACS). Nous offrons, entre autres, du soutien aux adolescentes de 12 ans et plus et aux femmes ayant été victimes d’une agression à caractère sexuel, ainsi qu’à leurs proches. Nous effectuons également plusieurs activités de prévention dans diverses organisations et nous participons à des luttes et revendications pour améliorer les conditions générales des femmes.

On dit qu’une femme sur trois a été victime d’au moins une agression à caractère sexuel depuis l’âge de 16 ans, alors qu’un homme sur six sera victime d’une agression à caractère sexuel au cours de sa vie. Je tiens à préciser que oui, les hommes vivent aussi différentes formes de violence, dont la violence sexuelle. Malgré qu’il soit important de le reconnaître, nous devons, en tant que société, comprendre que les femmes sont le plus souvent touchées par ce type de violence pour plusieurs raisons, dont les inégalités sociales encore présentes dans notre société, les mythes et préjugés genrés, etc. D’ailleurs, la troisième vague de dénonciations qui a débuté il y a quelques temps sur les réseaux sociaux, et qui se poursuit encore aujourd’hui, en est la preuve. Nous devons nous questionner individuellement sur nos comportements, mais aussi socialement.

Et voilà depuis maintenant plusieurs années qu’à chaque troisième vendredi de septembre, de nombreux CALACS membres du Regroupement québécois des CALACS (RQCALACS) se mobilisent afin de sensibiliser la population à la violence sexuelle que vivent les femmes. « La rue, la nuit, les femmes sans peur », était une action féministe nord-américaine qui a vu le jour dans les années 1970 et est devenue la JACVSFF.

Cette année, le 18 septembre 2020 c’est la 39ème Journée d’action contre la violence sexuelle faite aux femmes (JACVSFF). Cette année, la thématique est Courageuses de toutes façons… à notre façon !

Chaque fois, les thématiques ont pour objectif de rassembler les gens et démontrer un support envers les femmes et adolescentes survivantes de violence sexuelle. Cette année, tout particulièrement, je trouve que le thème est plus qu’actuel. Je considère qu’avec la vague de dénonciations publiques actuelle, nous avons été très confrontés à l’importance de dénoncer publiquement ou de porter plainte au niveau judiciaire. Par moment, même, certaines ont affirmer ressentir beaucoup de pression de le faire, malgré qu’elles ne soient pas prêtes, n’en ressentent pas le besoin ou l’envie.

J’étais soulagée de lire plusieurs influenceurs rappeler sur les réseaux sociaux que, peu importe que les gens soient prêts ou non à faire un dévoilement ou une dénonciation, leur vécu est valable. Peu importe le chemin que les survivants et survivantes décident de prendre, il est important de les respecter, les soutenir et les écouter. Il n’y a pas de voie mieux qu’une autre. Que tu sois prêt.e à dévoiler seulement à des gens de ton entourage ou des professionnels autour de toi, donc de parler de ton histoire à des gens en qui tu as confiance, tu es courageux.se. Que tu sois prêt.e à dénoncer la personne ayant commis une agression, soit en portant plainte au niveau judiciaire, tu es courageux.se.

Parce que oui, dévoiler et dénoncer ne signifie pas les mêmes parcours. Et oui, il est évident que porter plainte et dénoncer est souvent valorisé puisque commettre des actes de violence sexuelle est criminel et que c’est punissable, mais il est important de bien comprendre le parcours de chaque survivant.e. Chaque personne a ses propres besoins, ses propres limites, sa propre façon de retrouver son pouvoir et apprendre à mieux vivre avec ce vécu.

Plusieurs activités diverses sont organisées à travers la province, donc soyez à l’affût de ce qui se passe dans votre région. N’hésitez pas à partager ce message autour de vous et sensibiliser le plus de gens possible aujourd’hui, dans le cadre de cette action collective, mais aussi tout au long de l’année. Plus nous rejoindrons de personnes, plus nous serons nombreux à être porteurs d’espoir, de solidarité et d’entraide.

Article inspiré du site web du RQCALACS.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2020. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre