Menu

Le reflet de ta mauvaise passe

pissenlit asphalte
Source: Pixabay

Tu traverses un mauvais moment ? Ça s’passe pas tout à fait comme tu le voudrais ?

J’te souhaite que ça s’arrange pis que ça se place. Rapidement.

T’es pas seul. On connaît tous un jour ou l’autre ce chemin.

Je te souhaite que bientôt, ça se passe à ton goût pis comme t’en as envie si c’est ce qui peut te rendre heureux pour un moment, même si les besoins qu’on croit avoir à un moment donné nous rendront peut-être malheureux au moment venu. Ouin, c’est parfois comme ça.

On est bons pour embellir une situation qu’on se souhaite à coups d’arc-en-ciel et de licornes. Puis, lorsque ça nous arrive, eh bien, c’est plus gris et rempli de hyènes. C’est pas beau, des hyènes.

À trop avoir d’attentes, l’anticipation n’est pas toujours positive.

Comme lorsque j’ai cru que ce serait une bonne idée de m’acheter la machine pour faire ma propre liqueur. Ça a pris une gorgée pour m’en rendre compte. Ark. Mais ça, c’est pas un malheur, c’est un mauvais choix comme j’en fais moi-même trop souvent.

À tout moment, ça peut t’arriver de croire que t’es un nid à malheurs ou un aimant à malchances, mais sache que t’es pas seul. On est pas seuls. Jamais.

Chacun à des niveaux différents, on vit tous ça différemment. Y a ceux qui aiment se retirer et vivre ça seuls. Y a les autres qui souhaiteraient s’entourer 24 h/24 le temps que ça se place. Peu importe comment tu veux traverser ça, faut respecter ta façon à toi.

On en voit tous les jours, des mauvais moments, sans que ça nous touche directement.

C’est l’ambulance que tu vois passer. C’est la collègue qui se sépare et qui sourit malgré tout. C’est ton ami qui vient d’apprendre que sa mère a fait un AVC. C’est une crevaison sur l’autoroute. C’est ton neveu qui a fait une fugue. C’est le gars que tu trouvais dont ben gentil et rempli de joie qui a décidé dans un moment de noirceur que la vie c’était pu l’fun. C’est l’entourage qui reste et qui vit ça, la perte de cet être cher là.

Y a pas de p’tits bonheurs, mais y a pas de p’tits malheurs non plus. Y a les tiens pis ils sont aussi importants que ceux de n’importe qui d’autre. T’as la petite niaiserie à elle seule qui est pas ben grave, mais qui s’ajoute aux quatre autres et qui fait que, là c’est assez.

Tu peux t’inquiéter et souffrir pour ce qui t’arrive. T’as le droit, avec le temps que ça prendra pour corriger ça. Ton entourage est là pour toi. Ils t’aiment. Le temps d’un café, d’un téléphone ou d’une conversation accotée sur la photocopieuse au bureau et hop, tu sentiras que ça va un peu mieux. Pas parfait ni à ton goût, mais un peu mieux. C’est parfois juste de ça qu’on a besoin, d’un petit hop pour nous aider à continuer.

Et si on s’arrêtait pour voir ce qui va bien aussi ? Prendre le beau qu’on a et en recouvrir ce qui nous stresse et nous hante. Comme une couverture pesante, chaude et rassurante. Apprécier ta gorgée de café. Le sourire d’une personne que tu croises. Le sourire de quelqu’un grâce à toi qui lui souris. C’est cet équilibre-là qui fait qu’on avance pis que tout finit par se placer. Y a rien de parfait. Jamais.

Faque le mauvais moment que tu passes présentement va passer lui aussi. Y va passer sans que tu t’en rendes nécessairement compte pis tu vas te trouver bon pis être soulagé que ce soit derrière. Tu vas recommencer à mieux respirer.

On en traverse tous, des moments qui nous font suer, pis suer, ça fait justement sortir le méchant. Faisons tous une différence dans la vie des gens par de simples gestes, un regard, un sourire, une bonne action. Ne sous-estimez jamais l’étranger que vous êtes pour quelqu’un dans le besoin.

Faque à toi qui lis ça pis qui se sens brouillé par en dedans, j’espère que cela a pu te changer les idée l’instant d’un moment. Y a pas de baguette magique pour faire disparaître les malheurs, y a que des moments plus douillets à vivre le temps que tu puisses à nouveau réapparaître avec enfin le bien-être qui te caractérisait tant.

Des épreuves, ça arrive. À toi, à moi, à lui, à elle.

J’ai donc envie de te le répéter. T’es pas seul. T’es pas seul. T’es pas seul. Ok ? Pis le temps d’un instant, tout va se replacer. Tu n’es pas le reflet de la mauvaise passe que tu traverses. Sache-le et répète-toi-le. C’est bien important.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2020. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre