Menu

L’architecte de la vie


Source : Unsplash

T’es probablement pas là où tu voulais être il y a quelques mois ou années. 

Si tu avais toujours écouté ce que tu croyais être le mieux pour toi, où serais-tu?

Probablement pas ici. 

Des gens que tu considérais comme importants pour toi sont partis. Tu as perdu ton job. Tu n’as pas été accepté dans ton programme. Peu importe. Appelle-les des échecs. Pleure si ça te fait du bien. 

Mais après une semaine, deux et trois….que fais-tu? Tu te relèves et tu te poses la fameuse question : et maintenant, quoi? C’est quoi le plan B? La prochaine étape? 

Cette transition fait peur. Elle est incertaine financièrement ou émotionnellement, ou même très probablement les deux en même temps. 

Durant cette transition, tu fais quelque chose qui ne t’aurait pas été donné de faire dans le plan A : tu vas à la rencontre des opportunités. Tu prends les devants. Tu n’avais très certainement pas prévu tout ça. Ce n’était pas supposé se passer de cette façon, ni à ce moment-là. Tu crois probablement que c’est injuste. Et si tu as le malheur d’être un.e anxieux.se aux tendances contrôlantes comme moi, l’univers sait que tu n’aimes pas vivre dans l’incertitude. Tu n’aimes pas devoir réécrire ton histoire, que tu avais si soigneusement pris le temps d’écrire.

J’ai appris, récemment, à voir cette période transitoire comme un pont. Il chambranle, il est long, mais je sais que ce qui m’attend de l’autre côté va m’apporter croissance, expérience et confiance. Parfois, quand ça devient trop et que j’ai l’impression que les reformulations de chemins de vie s’empilent trop rapidement, je me plais à penser qu’il y a une raison derrière  tout ça. 

Je ne crois pas au destin. Je ne pense pas que toute notre vie est tracée d’avance à la minute près, mais j’aime croire qu’il y a un architecte de la vie qui s’assure que rien n’arrive pour rien. Que chaque expérience, chaque échec t’enseigne une leçon précieuse qui fait de toi la personne que tu es réellement. 

Ce n’était peut-être pas ce que tu souhaitais, mais c’était ce dont tu avais besoin.

Maintenant je te pose cette question: voudrais-tu être là où ton plan A t’aurait amené? Dans ce même job, dans ce même cercle social? 

Pour ma part, je sais que je n’aurais pas rencontré ces gens extraordinaires, ni ce travail fabuleux si j’étais restée dans mon plan A. Inconsciemment, j’avais un criant besoin de nouveauté. J’étais devenue trop confortable dans ma routine. Mais j’avais peur du pont et du vide entre les deux. 

Aujourd’hui, je suis de l’autre côté. Je réalise que la transition, bien qu’elle m’aie écorchée émotionnellement, en valait grandement la peine. L’incertitude s’est dissipée, j’ai réécris mon histoire, et je suis prête à devoir le faire encore et encore, autant de fois qu’il le faudra, parce que les échecs font partis de la vie. 

Je peux affirmer que si j’avais suivi mon plan A à la lettre, je ne serais pas la même personne. 

Je vais simplement remercier l’architecte de la vie pour les belles surprises et apprécier toutes celles des années à venir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2020. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre