Menu

Meubler mon coeur virtuellement

lit draps livre
Source

D’habitude je suis très gossée de recevoir des messages textes sans cesse. J’évite encore plus de répondre au téléphone, même quand ce ne sont pas des numéros masqués. D’habitude, je mets mon cell sur silencieux, parce que je ne tolère pas les bruits de notifications, encore moins les vibrations. Je vaque à mes occupations sans me faire déranger, je me tiens loin de mon iPhone. Je ne synchronise pas mes conversations à mon ordi. Je réponds quand ça me tente et quand ça ne me tente pas, je laisse mon cell dans un coin jusqu’à ce que l’envie de scroller mon feed Instagram me prenne.

Et aujourd’hui… aujourd’hui je suis plus que reconnaissante d’avoir mon cellulaire près de moi. Je le tiens serré serré au creux de ma main, parce qu’il me fait oublier que je suis pognée dans mon 3 ½ à réécouter mes programmes en boucle. Je suis reconnaissante quand je reçois des messages de mes proches qui me manquent terriblement. Je suis chanceuse de pouvoir envoyer des photos de mes snacks poches de confinement ou mes bains d’après-midi. J’aime quand on m’appelle et je propose même un Facetime. Je suis choyée de pouvoir chialer sur mon mal-être dans mes conversations de groupe ou juste de mettre des belles photos de soleil dans mes stories Instagram. Je m’invente influenceuse parfois en envoyant à mes amis des vidéos de moi qui parle à ma caméra avec un filtre qui me fait sentir plus grande que nature. Je me divertis en jouant au Scrabble compulsivement. Je suis aussi l’amie qui demande des vies sans cesse à Candy Crush. Je suis la fatigante qui recycle des vieilles photos de voyage pour oublier que mes robes d’été ne serviront pas de sitôt.

Je suis contente de pouvoir regarder du monde cuisiner à travers mon écran et de me commander du resto juste après.

Je suis reconnaissante d’avoir cette petite machine-là pour rester connectée à tous les gens que j’aime ou tout le monde en général. Ça me rappelle qu’on est loin d’être tout seul là-dedans. Ça nous rappelle combien les autres sont importants.

Et quand je pourrai déposer à nouveau mon cell dans une pièce éloignée pas de son, je vais vous serrer fort fort pour vous remercier d’avoir meublé mon cœur même de loin, même pas pour vrai, même virtuellement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2021. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre