Menu

Et si tu assumais d’être arc-en-ciel

Serait-ce trop réducteur de penser que la vie d’adulte, ça craint? Trouves-tu cela difficile d’y faire ta place? De briller par ton originalité? D’être une licorne dans un monde de chevaux?

Je suis née il y a une trentaine d’années. Dès mon plus jeune âge, le sentiment de ne pas être sur la bonne planète était présent 86 400 secondes par jour. Je ne pouvais m’identifier à aucun autre être humain à proximité. Ce langage, ces façons de penser, d’interagir, ce conformisme absolu au travers d’une société où penser différemment était stigmatisé. Les années 80, tsé. Je tentais de comprendre les adultes. Je les étudiais, ils me fascinaient. Les autres enfants? Moins intéressants. Et moi, qui j’étais? On m’avait lancé sur cette terre pour assimiler une nouvelle espèce? Faire différemment? Ouvrir l’esprit de ces petits êtres? Leur montrer que la conformité ne résolue pas tout? Réfléchir en-dehors de la boîte est pour moi primordial et vital. N’est-ce pas ce que l’on attend de l’évolution de l’espèce? Sinon, à quoi servirait la reproduction et ces décennies écoulées?

Je suis née il y a une trentaine d’années, certes, mais plus spécifiquement il y a quelques années. Au travers mon sentiment d’extra-terrestre venue tout droit d’une lointaine galaxie, j’ai décidé de ne plus chercher à comprendre, mais d’exister à ma façon. Est-ce mal d’être « différente »? Non. Le parcours est plus sinueux, l’accessibilité plus précaire, le quotidien est saturé de défis, mais la beauté de l’unicité l’emporte. J’ai un corps d’adulte, des responsabilités d’adulte qui remplissent mes 86 400 secondes par jour, mais je suis encore la petite martienne qui vient d’atterrir et qui apprivoise la vie humaine chaque matin. Je m’adapte, mais surtout, je me reconnais et ne tente plus de m’éteindre au travers la masse.

Voilà pourquoi, je t’incite : « Émerge de ton cocon, porte tes plus belles ailes de papillon, installe ta corne de licorne la plus lumineuse au front et vis, sois toi-même! » Notre passage sur terre est éphémère. La vie possède une date d’expiration imprévue. Tu mérites ta place peu importe la forme et la couleur qu’elle prendra.

As-tu envie d’être beige ou arc-en-ciel? Toi seul.e a le pouvoir, car rien n’est impossible…

J’affectionne particulièrement l’expression en anglais, « exist loudly ». Je te souhaite de tout cœur, donc, d’exister loudly

Par Nathalie Dubeau-Racine

One thought on “Et si tu assumais d’être arc-en-ciel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2021. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre