Menu

Être une Julie d’Occupation double

Source: unsplash

Cette année, j’avais pris la sage décision de ne pas écouter Occupation double (OD) et d’investir mon précieux temps ailleurs que dans le voyeurisme et le drama. Depuis le début de la saison, on m’a dit à peu près 50 fois que je ressemblais dont à Julie, que c’était mon sosie et que je devais à tout prix écouter Occupation double. Je me suis donc laissé tenter et j’ai binge-watché les épisodes comme s’il n’y avait pas de lendemain. J’en suis venue à une conclusion :

Je suis une Julie d’OD. Pis, pas rien qu’un peu.

Je suis ce qu’on appelle une  mid size girl . Trop dodue pour rentrer dans le moule, mais pas assez pour être dans le  plus size . Ce qui me sauve la plupart du temps, c’est ma personnalité. Un peu à la Julie, je mets l’humour au centre de ce que je suis, ce qui me permet de faire dévier l’attention de sur mon petit bedon et mon double menton. Mais après quelques jokes plus ou moins bonnes et quelques techniques de cruise maladroites, je suis redirigée automatiquement vers ma bonne t’chum friendzone. Je ne compte plus le nombre de fois où j’ai entendu « t’as tellement une belle personnalité, t’es fine, t’es drôle. T’es vraiment une amie incroyable ». Le « t’es vraiment belle » sort rarement.

On est tous d’accord pour dire que Julie est magnifique. Oui, sa personnalité flamboyante est une partie de ce qui la rend belle. Mais la face qu’elle a aussi. Pas une fois j’ai entendu un gars dire qu’elle était belle. C’est une belle personne, ça oui. Mais pas juste « cette fille-là est vraiment belle ». Il y a une grande différence entre être une belle personne et être belle.

Être une belle personne, c’est être belle de l’intérieur. C’est être apprécié pour sa personnalité, pour ce qu’on est. Être belle, ça réfère au physique. C’est plaire esthétiquement parlant.

Donnez la personnalité de Julie à Andréanne. Tous les gars sont sur elle après deux minutes je vous le garantis. Tous les goûts sont dans la nature, je suis 100% d’accord. Mais je ne comprends pas pourquoi sur une dizaine de gars, aucun n’est attiré par Julie. C’est comme s’il y avait deux catégories de personnes sur la Terre : la catégorie de celles qui « aiment les femmes rondes » et de celles qui « aiment les femmes minces », pis quand t’es d’un côté, tu ne peux pas changer de catégories, t’es pognée là. Les gens qui aiment cette  première catégorie se font beaucoup plus rares, et si tu en fais partie, t’es quasiment gênée de le dire. Mais où y’a d’la gêne, y’a pas de plaisir!

On est dans une époque où les gens souhaitent voir de la diversité, mais ils ne sont pas prêts à l’adopter. Ce n’est pas normal d’entendre dire que Julie est courageuse. Julie ne devrait pas être une exception. Julie a droit de trouver l’amour, pis de sortir avec un gars qui a des abdos. Julie a le droit de n’être pas « juste une belle personne » et d’être aussi chaudasse. Julie a le droit d’être dans un jeu de dating parce que Julie est belle. Julie mérite tout le bonheur du monde. Des Julie, y’en a beaucoup. J’en suis une. Je sais ce que c’est.

J’ai juste envie de dire à tout le monde qu’on est plus qu’un corps. On est plus que des poignées d’amour. On est plus qu’une belle personne. On est des personnes entières qui ont leurs forces, leurs faiblesses, leurs qualités, leurs défauts, leur passé, leurs blessures, leurs bonheurs, leurs rêves et leurs angoisses. On a des choses à partager et des affinités avec des gens. On a envie d’être aimées et d’aimer. Pis ça, ça vaut pour tout le monde.

Ouvrons nos esprits et nos cœurs. On a tout à gagner, promis, juré!

Réviseure = Amélie Carrier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2021. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre