Menu

Novembre et décembre : mes mois favoris en mode réinvention!

Source

Étant une enfant née en novembre, les deux mois que j’ai toujours aimés, contrairement à d’autres gens, étaient novembre et décembre. Pourquoi? Parce que, pour moi, outre que novembre est un mois sombre en luminosité, novembre est synonyme pour moi depuis toujours de fête ou de préparation aux Fêtes. Pendant ces deux mois plus sombres dehors, il n’y avait jamais une bonne excuse qui pouvait m’empêcher de rencontrer parents et amis pour illuminer mon cœur. Une fin de semaine au resto, au spa ou au chalet avec un groupe, du magasinage avec des amies pour les cadeaux de Noël à venir (où on faisait l’échange presque instantanément en magasinant), des films au cinéma et des jeux de société avec d’autres! Le mot d’ordre était : s’amuser pendant ces mois de festivités (mon anniversaire et les Fêtes que je combinais en deux mois). Enfin, jusqu’à 2020. Pour beaucoup d’entre nous, nous avons dû réorganiser notre quête du bonheur qui, pour plusieurs, est en fait une quête afin de survivre avant le retour à la normale. Mais quelle normalité? Celle de la course sans fin, de la surconsommation sans limite? Est-ce vraiment ça le bonheur? Oublier de penser en consommant? Ce qui me manque en fait ce n’est pas le fait de dépenser, ça, ça se reprend assez facilement comme habitude. Ce qui me manque vraiment, ce sont les rencontres, les face-à-face au lieu des Facetime. Ces événements n’étaient enfin que des Occasions pour rencontrer les gens que j’aime.

Mais reste qu’on n’a pas le choix de s’adapter pour ne pas couler.

Et nous ne détestons pas pour autant nos proches et amies alors…

Automne 2020

Sur le coup, je n’avais pas réalisé que le confinement de cette saison froide serait plus lourd que celui du printemps dernier à cause, entre autres, de la baisse de luminosité à laquelle je n’avais jamais prêté attention puisque je compensais cette déprime, dont plusieurs me parlaient, par des sorties diverses et sans arrêt pour l’endormir. Maintenant que ma principale activité de divertissement est la marche, je réalise soudainement comment le soleil se fait timide en ces deux mois que je chéris tant.

Je me suis alors dit : « Ok, tu ne peux pas voir famille et amis en personne, partager un bon repas au restaurant ou un bon film au cinéma comme avant, comment peux-tu continuer de partager de bons moments avec tes proches et t’amuser malgré les contraintes actuelles?

Redéfinir

Plus que jamais il faut essayer de s’adapter au moment présent et de faire de notre mieux avec ce qu’on a et surtout avec ce qu’on peut. Sans oublier, ce qu’il nous reste et qu’on ne pourra jamais nous enlever : notre imagination!

Mais autant notre imagination peut nous servir qu’elle peut aussi mal nous servir. Comment imaginer sans trop anticiper?

D’abord…

Visualiser

Je vous invite à coller une photo de vous au centre d’un grand carton (à la couleur qui vous fais le plus vibrer) et collez-y des images qui représentent bien vos rêves. Ajoutez-y des phrases positives qui ancreront dans votre tête des pensées riches et qui risquent de vous guider inconsciemment.

Vous pouvez voir ici mon propre montage du moment qui me guide malgré cette année particulière sur plusieurs plans. Les choses bougent autour de moi et en moi, mais pas nécessairement négativement. Je pense que ce collage m’aide à m’ancrer au réel et à me projeter dans une réalité à laquelle j’aspire. En tout cas, ça m’aide à cultiver de meilleures pensées au sujet de ces rêves.

Et il faut garder l’œil ouvert à nos besoin.

Prenons mon cas, par exemple. Un peu avant la COVID-19, je pensais mettre ma plume de côté pour me lancer dans une nouvelle carrière, soit la massothérapie. Force est d’admettre qu’après le choc des premières semaines de la pandémie, l’appel de l’écriture comme exutoire me suppliait de renouer avec ma plume. De fil en aiguilles, j’ai remodelé mes plans que j’avais eus pour finaliser des projets littéraires que j’avais mis sur la glace et qui m’interpelaient encore plus fort maintenant surtout depuis que j’avais été forcée d’apprivoiser ma solitude. Je la fuyais depuis des années et ces sorties me donnaient aussi des excuses inconscientes de ne pas finaliser mes projets d’écriture…  Je n’en demandais pas autant pour réussir ce défi d’apprendre à me retrouver seule qu’une pandémie mondiale, mais bon, il faut trouver des points positifs où on le peut comme j’aime bien le dire.

Et pour les Fêtes?

Y aller avec le gros bon sens et revenir à l’essentiel seront les mots d’ordre : un Noël où on profite de la présence de gens avec qui on a pu se rassembler avec les précautions à la hauteur de notre amour pour nos proches comme cadeau. Si voulu, organisez des partys où les bulles familles contactent d’autres bulles familles via les caméras où on peut s’amuser à des jeux agréables malgré tout (jeux de mots, blagues, film en ligne, jeux vidéo, repas en même temps échange de souhaits, etc.). Nommez un organisateur par bulle famille et essayez de faire une version 2020 de Noël que vous pourrez raconter encore en anecdote plus tard. Vous pouvez même prendre le temps de faire une belle carte de souhaits ou même d’envoyer une photo-souvenir qui touchera le membre de votre famille ou l’ami que vous n’avez pas pu voir aux Fêtes en la glissant dans sa boite aux lettres. Vous pourrez ainsi lui mettre un peu de lumière à Noël. Amusez-vous aussi de faire un rituel pour accueillir 2021 et vous souhaite le meilleur pour la suite… Visualisez vos désirs pour 2021.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2021. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre