Menu

Les fameuses to-do list : bonnes ou mauvaises?


Crédit photo : Glenn Carstens-Peters pour Unsplash

Je ne pense pas me tromper en affirmant que je suis la plus grande adepte des to do list que la terre ait créée (héhé). Je fais des to do list tous les jours, une page après l’autre dans mon bullet journal. J’en fais des grosses, des petites. J’en fais pour mon travail et pour mes objectifs personnels, j’ai une bucket list de voyages, des listes pour les livres que je souhaite lire… J’aime plus que tout le sentiment d’accomplissement que me donne une belle grosse to do list quasi-exhaustive sur laquelle se trouvent ordonnées l’entièreté de mes choses à faire, et dont je peux ensuite cocher tous les éléments un par un au crayon feutre (essayez-le, c’est encore mieux que le stylo!)

Récemment, j’ai assisté à un atelier sur la to do list, qui se donnait l’objectif de faire une recension des écrits autour de cette méthode, afin de voir si elle était vraiment aussi bonne que l’on pensait – j’évolue dans le milieu académique, alors qu’est-ce que tu veux, on utilise des méthodes académiques même sur des objets de recherche comme cette fameuse méthode d’organisation. Cet atelier m’a beaucoup amenée à réfléchir, et voici donc quelques-uns des principes et des idées que j’en ai retenus.

1. Le pouvoir motivationnel de la to do list

La to do list n’est pas célèbre pour rien: elle procure une très grande satisfaction à toute personne qui s’en sert. En effet, quoi de plus motivant que de cocher une case ou de rayer un élément de sa to do list? Elle permet de classer les tâches à faire, de vider son cerveau, de ne rien oublier, mais surtout de suivre concrètement l’avancement du travail ou de l’objectif : chaque élément coché est une tâche dont on n’a plus à se préoccuper. Mais la to do list a ses désavantages et elle peut devenir extrêmement lourde si on ne fait pas attention à quelques petits éléments, dont le fait d’avoir une éternelle to do list.

2. Le danger de l’éternelle to do list

Avoir une liste à laquelle on rajoute tous les jours quelque chose, mais qui ne finit jamais? Revoir tous les jours toutes les choses qu’on n’a pas eu le temps de faire au courant de la semaine? N’y a-t-il pas de truc plus déprimant que de se souvenir tous les jours qu’on n’a pas écrit à notre collègue, mais qu’on devrait le faire? La to do list peut amener un sentiment d’angoisse et de démotivation si elle ne fait que montrer ce qu’on n’a pas réussi à faire. Même chose si chaque jour est une suite de to do list dans lesquelles se trouvent les mêmes éléments, que l’on reporte toujours au lendemain. C’est décourageant et ça peut nous donner une fausse vision de nos accomplissements : si on ne réussit jamais à terminer notre to do list du jour, on peut se mettre à penser qu’on n’est pas assez bon.ne ou qu’on n’est jamais capable d’atteindre nos objectifs.

3. Utiliser la to do list de la meilleure manière possible

Il peut y avoir plusieurs sortes de to do list. Personnellement, j’ai des listes parce que je ne veux pas oublier certaines choses. Aussi, j’ai des listes où j’écris TOUT ce que je dois faire pendant la semaine, car j’aime avoir une vision globale de mon travail. Mais, les to do list quotidiennes, qui me servent à établir ce que je souhaite faire pendant la journée, doivent êtres courtes, réalistes et réfléchies. Il faut que je me sente capable d’accomplir toutes ces choses, sinon, les listes deviennent des représentations idylliques de ce que je voudrais tellement faire et être. Si je fais systématiquement une liste trop ambitieuse tous les jours, ma motivation ne tiendra pas le coup. Je devrais pouvoir tout cocher de ma to do list ou sinon, apprendre à reconnaître les tâches qui me demandent plus de temps, pour mieux les planifier à l’avenir. D’autant plus qu’une trop grosse to do list paralyse plutôt qu’elle nous met dans l’action, et nous pouvons alors avoir tendance à procrastiner.

Donc, les to do list sont des outils fantastiques qui peuvent vraiment participer à booster notre motivation et notre organisation, tout comme elles peuvent nous garder dans un labyrinthe d’insatisfaction chronique qui va miner notre moral. Et nous savons que parfois, la ligne est mince entre une routine de travail saine et une autre qui nous accable et nous enferme dans des attentes irréalistes. Bref, faites des to do list, profitez de leur pouvoir extraordinaire, mais n’oubliez jamais ces quelques réflexions pour ne pas qu’elles deviennent un poids!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2021. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre