Menu

Toujours vivante, même si j’ai plus de 30 ans

30 ballons
Source: Unsplash

30 ans… 

Pendant les fêtes, en fouinant un peu sur Goodreads, je suis tombée sur ce livre qu’une « amie » que je suis avait lu : Trente, de l’auteure Marie Darsigny. Bon ! J’ouvre ici une parenthèse : on dit « auteure » ou « autrice », en 2021 ? Selon l’Office québécois de la langue française, on peut dire les deux, c’est selon notre préférence. Ma préférence pour mes yeux et mes oreilles est « auteure », mais ne me tirez pas de roches si votre cœur balance pour « autrice ». Peut-être que dans le futur, ma vision changera, mais pour l’instant, je conserve la façon dont j’ai appris à l’écrire à l’école primaire. Fin de ma parenthèse !

Comme je disais, je suis tombée sur ce livre. La couverture rose (ma couleur préférée) m’a interpellé. Je suis allée lire le résumé, qui m’a fait sourire dès les premiers mots : « Trente, un nombre qui n’arrivera jamais […] » (Source : Éditions du remue-ménage) Pour faire court dans mon résumé, c’est l’histoire d’une femme qui est persuadée depuis toujours qu’elle va mourir à trente ans.

Du plus loin que mes souvenirs puissent remonter, j’ai pensé moi aussi que j’allais mourir à trente ans. Pourquoi ? Aucune idée ! Comment ça allait arriver ? Aucune idée ! Mais même à l’adolescence et au début de ma vingtaine, pour moi, aller au-delà de trente ans, c’était comme juste impossible. Finalement, l’idée s’est estompée au courant de ma vingtaine. Mais je dois avouer qu’au matin de mes trente ans, j’ai eu une petite pensée pour ce souvenir. Et fort heureusement, aujourd’hui, je ne m’imagine plus avec une date d’expiration. 

Bref, le résumé m’avait accrochée et j’avais bien hâte de commencer cette lecture. Mais petite déception ici. Je ne sais pas pourquoi j’avais pensé que ce livre pourrait ressembler à de la chicklit, mais on n’était pas du tout dans ce département. Le personnage écrit son journal intime. Jusque-là, tout va bien pour moi. Là où j’ai accroché, c’est la façon dont c’est écrit. Ma lecture n’était pas fluide. Je ne suis pas du tout habituée à ce style d’écriture, si je peux me permettre l’expression. Les phrases sont souvent longues, on passe du français à l’anglais, et j’avais bien de la difficulté à garder toute mon attention. L’anglais et moi, ça fait deux. Je peux cuisiner en anglais, je peux m’entraîner en anglais, je peux comprendre certaines choses dans le cadre de mon travail en anglais, mais quand je lis pour le plaisir… Peut-être que mon cerveau est plus paresseux, mais ça devient un peu chinois pour moi. Bref, c’est une lecture qui a été plutôt difficile. Il y a quand même certains passages que j’ai aimés et je me suis quand même retrouvée dans le livre à de rares occasions, mais pas assez à mon goût. Le résumé m’avait peut-être donné un peu trop d’espoir, je ne sais pas trop !

Au final, j’ai quand même donné une note de 3/5 sur Goodreads, ce qui selon moi, n’est quand même pas si mal. J’ai déjà lu bien pire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2021. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre