Menu

Et si le tien grandissait dans ton cœur

Crédits : Unsplash

 

Tu sais, donner la vie, c’est beau, c’est magique. La décision de se reproduire, de cajoler, de chouchouter, d’accompagner ton propre bébé, ton propre enfant. Ton ventre qui gonfle au fil des mois, ta génétique qui se propage dans ce petit être vivant. Mais, parfois, des bébés grandissent dans ton cœur et non dans ton ventre. Pis, tu sais quoi? C’est parfait comme ça!

C’est pour toi que j’ai envie de le crier haut et fort. Toi qui ne peux donner la vie, toi qui dois ou désires par-dessus tout adopter, toi qui partages ta vie avec un amoureux ou une amoureuse ayant des mini-humains, toi qui a décidé d’accompagner les enfants d’une amie, d’une sœur, après une lourde épreuve, toi…

Pour ma part, elle avait 6 ans. Petite, mignonne, discrète, brillante. Elle venait dans le  package deal  avec son papa qui était l’homme de ma vie. Elle s’immisçait dans notre vie familiale en construction. Elle n’était pas mienne, mais jour après jour, elle m’aidait à m’élever, à m’ouvrir à cette éventualité d’amour. Elle apprivoisait mon cœur et moi le sien. L’adaptation de part et d’autre était présente, douce, lente.

Il y avait quatre autres enfants dont mon sang coulait dans leurs veines. Quatre autres enfants qui avaient poussé dans mon ventre. Quatre autres enfants avec qui je partageais mes gènes. Quatre autres enfants qui, visiblement, exprimaient nos noyaux de cellules apparentés. Tsé, l’amour inconditionnel qu’ils disent…

 

Puis, elle était là, différente parmi mon cocon de mini-humains. Ayant déjà une maman bien à elle. Ses forces, ses faiblesses. Ses caractéristiques qui la rendaient unique au sein de notre famille. Jour après jour, mon amour grandissait. Jour après jour, elle s’entremêlait aux autres petits, les miens. Jour après jour, mon cœur s’adaptait. Nous devenions une famille où le sang était sans importance. Nous devenions une famille où la génétique n’égalait pas l’amour inconditionnel. Nous étions un clan dans l’amour, point. Tu savais que l’amour se multiplie? C’est exponentiel!

Dix ans se sont écoulés, elle devient maintenant une jolie jeune adulte. Une humaine exceptionnelle. Cette petite, mignonne, discrète, brillante, bien je l’aime inconditionnellement. Nous ne partagerons jamais nos cellules, notre noyau, notre ADN ni nos allèles. Jamais. Mais nous partageons quelque chose de bien plus grand. Nous partageons notre décision. Décision de nous aimer, de nous accompagner, de nous soutenir pour toujours. Partager notre vie humaine. Nos chemins se sont vus imposés, certes, mais l’imposition est devenue un choix jour après jour. Un choix d’amour.

 

Alors, toi, la maman qui hésites. Toi, la maman qui est triste de ne pouvoir donner la vie. Toi, la maman qui feras un énorme geste d’amour en adoptant un petit, une petite. Toi, la maman qui est éperdument amoureuse d’un papa ou d’une maman avec des mini-humains. Je te rappelle qu’être une maman, c’est dans la tête, dans le cœur. Que chaque jour, tu peux décider d’en être une, d’accompagner et d’aimer inconditionnellement un bébé humain.

La norme étant d’avoir un petit qui grandit dans son ventre. Sois hors norme, c’est si beau!

Moi, je te l’affirme, cinq de mes petits ont grandi dans mon ventre… Une petite a décidé de s’établir dans mon cœur et d’y grandir, et ce, pour toujours…

Par Natalie Dubeau

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2021. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre