Menu

La voie de la facilité


Source : Unsplash

Certaines décisions ne sont pas faites pour être faciles, elles sont faites pour être bonnes. 

J’ai relu cette phrase quatre fois. Elle frappe toujours un peu plus fort, à chaque relecture. 

C’est apaisant de regarder en arrière en se disant qu’on a pris, hors de tout doute, la meilleure décision possible. Elle nous a permis de nous libérer de certaines situations, de cesser de souffrir ou de passer à autre chose. Ce sont ces bons coups qui nous rendent fiers.ères de la personne qu’on devient.  

Je peux regarder en arrière et affirmer que sortir de la vie de certaines personnes ou ne pas finir mon programme d’études collégiales ont été certaines des meilleures décisions que j’ai prises dans la dernière année. Je me sens mieux dans ce que je vis actuellement. 

Et pourtant. 

Dans l’instant, j’aurais pu jurer que j’étais dans l’erreur. Je perdais le contrôle…parce qu’après avoir décidé, que se passe-t-il? Le vide. Cet élément à quoi je renonçais avait une place dans ma vie. Il occupait mon temps et mes pensées…et maintenant quoi? Quelle est la prochaine étape? Comment combler ce qui semble manquer dans toute la lourdeur de son absence? 

C’est la période qui fait peur : l’attente. Elle ne repose que sur l’espoir. Il faut s’accrocher et croire que nous méritons mieux. C’est l’inconnu. Et si, finalement, j’avais tort et que je ne trouvais jamais mieux? Si, finalement, j’étais dans le bon programme d’études? Si je m’ennuyais et que je trouvais le temps long? 

Retourner vers ce qui est familier pour apaiser l’anxiété est la voie facile. Pour ma part, je ne crois pas que je m’ennuie de ce qui est désormais manquant dans ma vie. Je crois que ce qui me manque surtout, c’est la certitude. Elle m’enveloppe comme un imperméable dans la tempête. Je crois que parfois, je préfère savoir où je vais, même si je n’aime pas la destination, plutôt que de tourner en rond, me perdre à chaque lumière rouge en prenant le mauvais virage et espérer que mes maladresses de conduite me mènent à mieux ou quelque part où je me dirai « voilà pourquoi je me suis perdue : pour finalement me trouver juste ici. » 

Mais les meilleures décisions ne sont pas toujours dessinées sur les cartes de la vie. Accepter le vide temporaire et les carrefours giratoires qui se multiplient, alors qu’on tourne en rond, sans sembler en sortir. 

L’absence n’est pas nécessairement mauvaise non plus. Il s’agit d’un espace à remplir, et c’est à toi de le faire. Tu peux explorer, te redécouvrir et surtout te donner la chance et le courage de croire fermement que quelque chose d’encore meilleur peut survenir. 

Et un jour, quand ta vie sera remplie de nouveautés, de nouvelles personnes, tu regarderas en arrière et tu te remercieras de ne pas avoir pris le chemin facile. Si ta décision va dans l’intérêt de ton bien-être à long terme, elle est bonne. Elle n’est peut-être pas facile, mais elle te sera utile. 

Tu peux t’ennuyer d’une personne, mais tu peux aussi comprendre que bientôt, tu seras plus heureux.se sans elle. Tu as le droit de vivre tes émotions sans revenir sur ta décision. 

Ce qui est difficile n’est jamais éternel.

One thought on “La voie de la facilité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2021. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre