Menu

Juste pas la bonne

pieds
Source: Pexels

Je sais, j’ai été poche la dernière fois… Je me suis sauvée parce que j’ai eu peur de la discussion que tu voulais avoir sur l’escalade des attentes, les conditions et le malaise des deux côtés. J’ai lu ça et je me suis dit que j’allais me faire jeter. C’était peut-être le cas. Maintenant, je ne le saurai jamais.

Quand tu as dit que tu avais une petite amie, tu sais ce que je me suis dit ? « Hein ? Il veut une blonde ?? » L’autre fille d’avant, tu avais dit : « Je fréquente quelqu’un ». Cette fois-là, ça ne m’avait pas dérangé, j’avais pas allumé…

Ça peut sembler bizarre… mais depuis le début de nos soirées de french, ça ne m’avait jamais traversé l’esprit que tu voulais une relation stable. Je pensais que tu cherchais principalement de la compagnie. Peut-être que j’étais dans le déni et que je ne voulais pas savoir que tu voulais être en couple, mais juste pas avec moi.

Ici peut s’appliquer une foule de choses… On n’était pas dus, t’étais pas vraiment intéressé, je ne suis pas la bonne, etc. Mais ce n’est pas vraiment ça qui est important. Tu es tombé en amour avec une autre, et je suis contente pour toi.

J’ai réalisé trop tard qu’on aurait dû l’avoir, cette conversation. Sauf que t’as probablement eu peur toi aussi à un moment. La communication entre humains est teintée de beaucoup de choses, d’expériences personnelles, de malentendus, de moments doux, de n’importe quoi. Je ne saurai jamais ce que tu voulais dire, ce soir-là. On ne parlait pas vraiment de nous. En ce moment, je dois respecter ma décision, même si elle a été prise sur le coup de la peur.

Est-ce qu’être la bonne, ça veut dire que tout vient tout seul ? Est-ce qu’être la bonne, c’est le coup de foudre sans lequel rien ne se crée ? Toi, t’en penses quoi ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2021. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre