Menu

L’écriture, ma bonbonne d’oxygène

Source : Burst

Je pense que la création, qu’elle soit littéraire, visuelle, sportive, comme la danse, ou vocale, comme le chant, nous aide à traverser bien des épreuves, car elle nous permet d’exprimer nos émotions. Moi, l’art qui m’a toujours permis de me sentir bien est l’écriture. Elle me traverse. Et, pourtant, quand on essaie trop d’atteindre un idéal, parfois, on perd de vue l’Essence de notre pratique.

L’écriture a joué un rôle important en ce temps de pandémie. Je vous transmettrai dans cet article comment j’ai retrouvé tout son sens pour moi pendant cette crise et comment j’ai appris à ne faire qu’un avec ma passion tout en lâchant prise. Je vais d’ailleurs vous parler, entre autres, d’une retraite d’écriture virtuelle que j’ai vécue et comment, malgré la distance, toute cette synergie entre artistes d’un même domaine, soit l’écriture, m’a fait un bien fou.

 Comme tout le monde, quand la pandémie est tombée sur nous, tel un missile, mon premier réflexe fut d’arrêter plusieurs de mes activités, dont l’écriture, cherchant désespérément à me diriger vers quelque chose de plus « utile ». La Melie que je suis en 2021, après 3 vagues de COVID-19, voit l’attitude de cette Melie de 2020 avec un sourire ironique, et pourquoi donc?

Parce que j’ai fini par retrouver un sens à ma vie dans l’art auprès d’une coach littéraire qui, après quelques rencontres, a fini par faire renaître en moi ce besoin ardent d’écrire pour exprimer un message, mais surtout pour exprimer mes émotions et, par le fait même, pour faire vivre des émotions aux personnages de mes fictions pour ensuite en susciter chez mes potentiels lecteurs.

Depuis l’été 2020, je dirais, j’ai appris à apprivoiser ma créativité, à la laisser s’exprimer même si elle n’est pas parfaite du premier coup, mais qu’elle m’amène beaucoup de bien-être dans mon coeur. D’ainsi lâcher prise sur cette fausse croyance qu’un écrivain se devait d’écrire tout parfaitement d’un coup m’a vraiment déchargée d’un poids énorme à un point tel que l’écriture est devenue ma meilleure coloc de confinement; les auteurs que j’ai rencontrés grâce à l’entremise de cette coach littéraire, comme une famille pour moi. Enfin, je me sentais comprise par un groupe de gens. Enfin, je pouvais être moi à 100 %, l’artiste que j’ai toujours rêvée d’être et que je n’osais jamais sortir du garde-robe.

D’ailleurs, de cette période où j’ai renoué avec l’écriture, elle a fini par me permettre d’écrire ENFIN le premier tome d’une série qui imprègne mes pensées depuis des années… Il y a encore du travail devant moi, mais j’ai réussi pour la première fois à tâter mon rêve du bout des doigts.

C’est ainsi qu’après un an seule chez moi au sens propre du terme, MAIS remplie de l’énergie partagée avec ces artistes que j’ai compris que ma force était les mots, et que c’est par ce pouvoir que je peux donner un sens à ma vie. Si je peux aider, ne serait-ce, qu’une personne après la lecture de mes écrits, ce sera déjà un grand succès. C’est ce que je peux affirmer la tête haute depuis cette année de découvertes sur moi-même au courant de toutes ces activités littéraires que j’ai faites avec de bons compagnons d’écriture, notamment à une retraite d’écriture qui a duré une fin de semaine complète, oui, à distance physique, séparés les uns des autres par un écran, mais proche de cœur.

Il est certain que jamais je ne pourrai dire que cette pandémie avait lieu d’être, c’est impensable sachant tout ce que ça l’a apporté comme tragédies, mais simplement pour m’avoir permis de m’arrêter un instant, de souffler et d’avoir fait la paix avec mon artiste intérieur, je ne pourrai jamais dire que 2020 et 2021 furent des années catastrophiques ou même perdues, ce fut plutôt, dans mon cas, une période de transformation.

***

Et toi qui me lis, toi qui rêves du jour où tu pourras danser sans peur du regard en te disant que « tu n’es pas un danseur professionnel ». Toi qui rêves de chanter et qui te prives de le faire parce que tu fausses sur quelques notes et que tu as peur de déranger. Toi qui rêves de dessiner et qui ne connais pas toutes les techniques qu’ils enseignent au cégep. Toi qui veux créer ou trafiquer des recettes pour le fun de tes papilles gustatives ou celles des autres, vas-y, lance-toi! Ose!

Parce que si tu réprimes cette petite voix de conscience qui te murmure à l’oreille : « crée », tu vas éteindre ton feu intérieur.

Et qui sait, peut-être que tu découvriras qu’en fait ta passion était plus qu’une passion, qu’elle te dévorait et que, comme moi, tu souhaiterais ne plus jamais la laisser de côté. Comme avec ton meilleur ami, tu peux te quereller, mais vos retrouvailles seront mémorables. C’est ce que j’ai vécu avec l’écriture : les retrouvailles avec le souffle de ma vie furent comme une bouffée d’air frais.

Amélie Carrier, rédactrice

Révisé par Mona Saint-Pierre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2021. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre