Menu

L’été 2021

 

crédits: Pixabay

J’entre dans l’été avec la ferme intention de reprendre le temps perdu. Je fais la promesse solennelle de ne jamais refuser d’occasions d’aller jouer dehors avec mes amis. J’entre dans l’été avec l’intention de profiter de chaque moment de liberté. Je ne tiendrai plus rien pour acquis. Ni une journée terrasse ni une soirée qui ne se termine jamais.

J’entre dans l’été avec la ferme intention de revivre ma vingtaine comme si je n’étais pas déjà rendue à sa moitié. Je veux sortir au bar comme lorsque j’étais au cégep. Je veux qu’il m’arrive des histoires drôles pour les raconter plus tard sans que mes amis les connaissent déjà par cœur. Je vais vraiment essayer de ne plus choker juste parce qu’à la dernière minute, ça ne me tente plus d’y aller, parce que je suis brûlée de ma semaine ou à cause de toutes autres raisons qui m’empêcheraient de passer du temps avec les gens que j’aime.

J’entre dans l’été avec fébrilité. J’ai l’impression que je vais devoir tout réapprendre, mais surtout, tout revivre encore et encore! Je veux me souvenir de l’été 2021 autant que de l’été de mes 16 ans où tout semblait possible. Je veux aller voir les chansonniers, boire trop, rire trop, pleurer même. Je veux qu’on aille se regarder plus loin que les blancs des yeux au restaurant jusqu’à la fermeture. Je veux danser avec mes amies sur toutes les chansons populaires que je ne connais pas parce que je suis dans une grotte depuis un an. Je veux chanter fort toutes mes chansons préférées pendant un roadtrip improvisé qui réanime le cœur. Je veux me faire bronzer, en racontant des vieilles histoires avec mes amies, même si j’haïs ça. Je veux qu’on se raconte les beaux moments comme les plus difficiles autour d’un feu qui brûle nos chandails à coup de crépitement. Je veux vivre. Fort. Grand. Je veux rattraper toutes ces fois où j’ai eu le goût de pleurer d’ennui, toutes ces fois où j’ai eu envie de sortir de chez nous pour aller rejoindre mon monde.

Cet été, je veux rattraper toutes ces fois: tout le temps qu’on a perdu.

 

Révisé par Amélie Carrier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2021. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre