Menu

Je déteste les ruptures

Source: Unsplash

 

C’est votre dernier bec pis tu l’sais même pas.

 

J’déteste les ruptures.

 

T’es plus capable de faire voler tes ailes parce que t’as l’ventre trop vide.

 

Tu tombes sur tes genoux pis tu pries d’savoir nager pour pas t’noyer dans ton lac de larmes.

 

C’pas vrai que tu flottes, quand l’eau est salée.

 

T’as un plaisir fou…mais il faut dire « bye » alors que t’as juste envie d’continuer à jaser dans l’entrée 1h de plus.

 

T’étais confortable sur le Père-Noël. T’avais envie d’y croire à cette barbe-là.

 

Tu passes de longues phrases tendres et moelleuses à des mots secs qui pognent dans la gorge.

 

Vous vous promeniez nus devant l’autre pour finir raides si vos pieds s’touchent dans le lit.

 

T’as envie d’te battre, mais tu cognes un mur de béton. Ça fait juste mal.

 

Tu t’accroches au temps et t’as hâte qu’on avance l’heure.

 

T’as l’sentiment d’impuissance qui fait du punching bag sur ton nœud dans l’ventre.

 

On dit que ce n’est qu’un « au revoir »…Mais qui est réellement à l’aise avec son gras de « bye bye »? Moins tu l’montres, mieux tu t’portes.

 

T’étais sensé faire une croix sur la map pour vous rendre à votre road trip. Finalement, tu la fais sur vos projets.

 

Tu passes de complicité à qu’on plit bagages.

 

C’est rough.

 

Tu l’sais que t’es une étoile pis que tu vas recommencer à briller.

 

Mais c’est pluvieux. Laisse les autres tenir le parapluie par-dessus ta tête.

 

Révisé par Pénélope Beauchemin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2021. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre