Menu

Sois reconnaissant.e

« Tu en sortiras grandie. »

« Ça fait de toi qui tu es aujourd’hui. »

« Sois reconnaissante, ça pourrait être pire. »

« Si c’était à refaire, tu ne changerais sûrement rien… »

Non, pas nécessairement. Bientôt, je recevrai une chirurgie invasive à la colonne vertébrale. C’est donc le moment où beaucoup ne savent plus comment réagir lorsqu’ils tentent de me remonter le moral ou d’aborder le sujet. C’est à croire qu’il s’agit d’une bénédiction. J’ai la chance de vivre une expérience qui me forgera en tant que personne et je devrais en être reconnaissante. Je dois ma maturité et une partie de qui je suis à la maladie. Mes cicatrices témoigneront de ma force et j’en sortirai plus grande. Encore une fois, pas nécessairement. 

Mais, il s’agit ici de mon exemple parmi tant d’autres. On a tous vécu des expériences marquantes, physiquement ou mentalement. 

La vérité, selon moi, c’est que la sagesse et la croissance ne résident pas uniquement dans les épreuves. J’aurais pu vivre ma vie avec un dos en santé et je ne crois qu’une partie de ma personnalité serait manquante ou que je serais différente dans mon intégrité. J’aurais les mêmes relations, la même vie, peut-être deux ou trois complexes en moins. Est-ce que cette vie un peu plus facile, exempte de maladie, aurait fait de moi une personne entièrement différente? Je ne crois pas. Il n’est pas toujours nécessaire de vivre de la lourdeur afin de grandir.

Bien que supposées être réconfortantes, ces phrases pré-mâchées et un peu vides de sens invalident ce qu’on ressent réellement. Si on me posait la question, je répondrais que j’ai envie de crier. Que c’est injuste. Que je n’ai jamais demandé à vivre tout ça. À être anxieuse. Et pourtant…si c’était à refaire, je serais supposée ne rien vouloir changer, parce que ça fait de moi qui je suis. Bien que ce soit vrai pour certaines personnes, ça s’apparente, dans plusieurs cas, à du positivisme toxique. 

C’est correct d’en vouloir à l’univers pour des situations que tu subis et qui sont hors de ton contrôle. Même si tu sais que ça ne sert à rien d’entretenir de la rancoeur envers quelque chose qui n’est la faute de personne. C’est correct de ne pas avoir accepté ce qui arrive et ne pas agir comme si on était la sagesse incarnée.

On peut choisir d’avancer un jour à la fois, avec ou sans reconnaissance pour les épreuves que la vie a placées sur notre chemin. On peut pleurer, mais quand même choisir de mettre un pied devant l’autre. Présentement, je ne pourrais pas tenir un discours rempli d’espoir expliquant que je suis fière de mon parcours et que je le referais demain matin, parce que ce serait faux. Devant la possibilité de changer le passé, je donnerais tout pour pouvoir faire autrement. 

Je crois que parfois, il n’est pas nécessaire d’embellir une situation qui ne l’est pas. Il est inutile de se forcer à accepter le narratif dans lequel on a fait la paix avec ce qui nous fait vivre des émotions négatives, simplement parce qu’on a l’impression que c’est ce qui est attendu. Tu as le droit d’aller à ton rythme et de ne pas arriver à voir le positif, la croissance et la beauté dans ce qui t’entoure. Parfois il n’y en a pas. Pas de sens, de bénéfices ou de raison pourquoi ça arrive à toi, plus qu’à quelqu’un d’autre. 

Certaines épreuves sont simplement désagréables et tenter de se convaincre autrement ne mène à rien d’autre que la frustration de ne pas y arriver.

Je n’ai pas l’impression que j’ai besoin de cette chirurgie pour me sentir grandie et je sais me forger une identité en dehors de la maladie. Parfois, les plus beaux gestes pour soutenir nos proches sont ceux qui les font comprendre qu’ils ne seront pas seuls quand ils auront besoin d’aide, sans les conversations où ils doivent se cacher derrière un sourire et affirmer haut et fort qu’ils vont tout affronter sans peur ni pleurs. 

Je pense qu’ultimement, choisir d’avancer avant d’avoir accepté ce qui arrive est une preuve de force. Être positif et souriant n’est pas un pré-requis pour le courage, il suffit de continuer de nager malgré tout.  

Par Pénélope Beauchemin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2021. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre