Menu

La solitude : ma vérité

crédits: Pixabay

 

La solitude nous renvoie l’image d’un manque, d’une privation, d’être à l’écart et, pourtant, il n’y a rien de plus faux, selon moi.

On confond souvent l’isolement et la solitude.

Bien que cela puisse sembler paradoxal, la solitude me rapproche davantage des autres.

La solitude m’apporte un mélange de bienveillance, de compassion, de fierté et de légèreté.

 

Ma solitude met une lumière sur mon ressenti

Grâce à elle, j’ai développé de l’amitié pour la personne que je suis.

J’ai appris que la solitude me comble par ma propre présence.

J’ai appris que, pour être heureuse, j’ai besoin de goûter, d’entendre, de toucher, de voir seule.

J’ai besoin de créer, de découvrir, d’expérimenter, de choisir et de penser seule.

J’ai compris bien vite, qu’en présence des autres, même si j’essaie très très fort de penser à moi, j’en suis incapable.

L’autre gagne toujours au détriment de mon propre bien-être.

Même si je sais maintenant mettre mes limites, je le fais toujours à contre cœur, car mon cœur, lui, veut vivre pour son prochain.

Je suis faite comme ça.

J’ai besoin que tout le monde se sente bien pour moi me sentir bien.

J’ai une dépendance maladive à ce que les autres ressentent.

Je carbure aux émotions qui m’entourent.

 

Alors, même si je vais bien, si tu souffres, je vais souffrir avec toi.

Mon cœur connaît par cœur la souffrance, il n’est pas capable de l’ignorer. Au diable l’empathie, j’aime mieux sympathiser.

 

Mais sympathiser à outrance, ça devient essoufflant.

La solitude est mon oxygène. Je retrouve ainsi mon souffle grâce à elle.

 

Il n’y a rien de plus authentique que d’être avec moi-même.

Car, quand je suis seule avec moi, je respire ma vérité.

 

Par Amélie Carrier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© La Fabrique Crépue. 2021. Tous droits réservés
Conception de site web - Effet Monstre