Virginie Drapeau

J’ai jamais aimé parler de moi, surtout pas à la première personne du singulier.

J’ai toujours passé par des métaphores douteuses qui sous-entendaient l’existence d’un potentiel lien avec ma personne. J’suis quand même capable d’admettre que j’suis passionnée par le beau pour l’organe oculaire pis par tout s’qui réveil l’insectarium de l’estomac. J’aime aimer, pis s’pour ça que j’m’entête à croire au romantisme, même en 2016. Aussi, je mange des livres comme je mange de mode, j’ai même un doctorat en port de la jupe. J’dois admettre que je souris énormément… genre tout le temps… même quand j’pleure… malaise. J’ai VRAIMENT peur du vomi… re-malaise. Ah pis j’haï les p’tits pois. Avec l’oreille attentive et le cœur ouvert, j’me plait à écouter mes amis me parler de leur vie. J’sais pas si j’suis de bon conseil, mais j’essaie gros d’être une psychanalyste capable de guérir tous les maux de l’âme. Jours après jours, j’travaille fort pour construire mon bonheur à grand coup de dessins, de tatouages, d’Harry Potter, de Walt Disney, de voyages, de rêves fous et de slush à la cerise.

Les publications de : Virginie Drapeau